Centre de Formation de Football
Neien iwerdachten Trainingsterrain
Neuer Vorstand bei der FLF
Léo Hilger, neu im Vorstand
Jans meilleur défenseur de D1 belge
L'exploit du jeune pro luxembourgeois
Platini zieht Kandidatur zurück!
Keine Chance mehr zu gewinnen.

 

Notre site:
www.profootball.lu
Notre email:

Notre compte:
ING
lu06 0141 9374
4040 0000







 

Dernier changement:
1er février 2016
email:

Notice légale: Profootball © 


--- Pro Football feiert 2016 sein 10-jähriges Bestehen. ---

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



PILO FONCK

   
   
Le Quotidien
25 juin 2015

Le portrait du jeudi - "Filou" Fonck

 

Derrière ses lunettes, ce sont près de 60 ans de sport grand-ducal qui vous contemplent. À 77 ans
bien sonnés, Pilo Fonck est un pionnier. Et une personnalité controversée.

S’il est aujourd’hui considéré comme l’un des plus grands, si ce n’est le plus grand journaliste sportif
luxembourgeois de l’histoire, ce n’est pas par hasard : «Je baigne dans le sport depuis que je suis
tout petit.» Dès son plus jeune âge, le petit Paul René Alphonse Fonck voit défiler dans le bar que
tiennent ses parents à Bascharage les plus grands cyclistes de l’époque : «Bim Diederich, Marcel
Ernzer, Jean Goldschmidt… Tous s’arrêtaient au café de mes parents.»

Adolescent, il est passionné de sport au point, en 1951, à l’âge de 13 ans, de se rendre seul à Paris
pour aller féliciter Bim Diederich, qui boucle le Tour de France : «Quand il m’a vu, il m’a dit : mais tu
sors d’où toi ?»

Le jeune Pilo a le virus du sport. Et il va avoir l’occasion d’être encore plus contaminé en plein service
militaire : «Un copain de mon père lui avait dit que la radio UKW Canal 18 recherchait un jeune intéressé
par le sport. J’ai posé ma candidature.Et j’ai été retenu.»

Le lendemain, il reçoit le feu vert : il sera le premier de l’histoire du sport luxembourgeois à commenter
en direct un match de foot… cinq jours plus tard. Et pas n’importe quel match : «C’était le match retour
entre la Jeunesse et le Real Madrid. Le Real avait gagné 7-0. Et au retour, la Jeunesse perd 2-5 après
avoir mené 2-1», se remémore comme si c’était hier celui qui a fait ses grands débuts en treillis, service
militaire oblige. Le tout devant… 20 000 personnes !

Sa vie vient de basculer. Son service militaire terminé, un vendredi, il débute le lundi à la radio : «C’était
le 23 novembre 1959. La première semaine, on m’a présenté comme Paul Fonck, des amis ont appelé
pour demander si j’avais pris la grosse tête. Au bout d’une semaine, on me présentait comme Pilo.» Pilo,
ça vient de tout petit, quand le petit Paul bricolait dans le garage de son voisin, marchand de vélos. Sa
maman l’appelait «Pauly», mais le voisin a rétorqué : «Ce n’est pas Pauly, c’est un filou, c’est un Pilo.»

Sur les ondes, puis à la télé à partir de 1987, Pilo Fonck va vivre et faire vivre les plus grands moments
de l’histoire du sport grand-ducal. La victoire du Luxembourg sur les Pays-Bas en octobre 1963 en
huitièmes de finale du championnat d’Europe : «On avait fait match nul à l’aller. J’ai écrit que si on jouait
aussi bien collectivement en pratiquant la défense en ligne avec application du hors-jeu de Robert Heintz,
le Luxembourg pouvait gagner. Et on gagne 2-1. C’était une sacrée équipe ! La plus grande époque du
foot luxembourgeois.»

C’est encore lui qui sera aux commentaires du premier match en direct à la télé, qu’il rejoint en 1987 :
«J’ai couvert tous les matches de 1960 à 1995.»

[…]

Romain Haas