Muller verléisst de Racing
Grettnich iwerhëllt
Centre de Formation de Football
Neien iwerdachten Trainingsterrain
Neuer Vorstand bei der FLF
Léo Hilger, neu im Vorstand
Jans meilleur défenseur de D1 belge
L'exploit du jeune pro luxembourgeois
Platini zieht Kandidatur zurück!
Keine Chance mehr zu gewinnen.

 

Notre site:
www.profootball.lu
Notre email:

Notre compte:
ING
lu06 0141 9374
4040 0000







 

Dernier changement:
1er février 2016
email:

Notice légale: Profootball © 


--- Pro Football feiert 2016 sein 10-jähriges Bestehen. ---

 

 

  

 

 ÉLIMINATOIRES DU MONDIAL-2018

LUXEMBOURG – PAYS-BAS  1 - 2

On en reparle au mois de juin 2017 ! 

Le Luxembourg tenait le match nul à la pause.


L’entrée de Memphis Depay à la pause a fait basculer cette partie mal engagée pour les hommes de Danny Blind.

De notre journaliste Julien Mollereau
---------------------------------------------------- 

 

Quand ce qui pourrait bien être la meilleure génération de l’histoire du Luxembourg (c’est à confirmer par des chiffres, à l’occasion, sinon les anciens de 1995 auront beau jeu de dénoncer une injustice…) rencontre ce qui pourrait être la première génération perdue des Pays-Bas depuis des lustres, on ne sait pas très bien sur quoi s’aligner. Sur les observations des spécialistes internationaux qui, après le nul contre la Belgique mardi, annoncent la pire équipe néerlandaise depuis la Préhistoire ? Ou sur la position pleine d’humilité de Luc Holtz, qui, pour calmer tout le monde, agite le nom de l’adversaire comme un mantra ?

   Après 90 minutes, c’est limpide : avec des Roud Léiwen au complet, en juin, à Rotterdam, on se posera un peu plus fort la question… de savoir ce qu’en pensent les spécialistes internationaux.

   Les hommes de Danny Blind n’ont en effet existé quasiment qu’individuellement hier, sur l’horrible pelouse du Barthel. Ce sont les accélérations de Robben et ses appuis fréquents sur Klaassen qui auront constitué la seule menace tangible sur le but de Ralph Schon. Et c’est ainsi que tombe l’ouverture du score, à un moment où le Luxembourg vient de perdre sur blessure son cinquième titulaire indiscutable en moins de deux mois : après Gerson, Moris, Martins et Joachim, c’est Laurent Jans qui doit se résoudre à lâcher la rampe. Allez chercher l’exploit dans ces conditions !

   Seulement il y a autre chose que des trous béants dans cette équipe luxembourgeoise qui boite. Il y a de la vie, de l’orgueil, un talent juvénile et une mentalité que le sélectionneur a dû raviver après la désillusion du match amical face à Malines (2-4), en semaine. Da Mota, époustouflant en ce début de saison, va ainsi arracher un penalty en profitant de l’invraisemblable arrogance de l’arrière-garde néerlandaise.  Chanot, qui ne marque que contre les grandes nations – le premier but de sa carrière internationale avait été inscrit en Italie –l’a transformé et a pointé l’index en l’air, attendant tel un empereur que ses coéquipiers viennent communier avec lui pour fêter comme il se doit une première mi-temps remarquable.

On aurait préféré Robben à Depay

   C’est l’instant qu’a choisi Arien Robben pour nous la faire à l’envers. L’attaquant du Bayern Munich voyait déjà trahie après le penalty l’une des deux promesses faites dans l’interview qu’il nous avait accordée, vendredi: « On ne peut pas laisser ces gars reprendre leur souffle. » S’il a sprinté pour aller chercher le ballon au fond des buts de Ralph Schon avec l’idée d’enfoncer vite le clou, l’égalisa- tion luxembourgeoise a déjà dû sérieusement doucher son enthousiasme. Mais Robben nous avait aussi promis qu’il tenait enfin la grande forme, que tout allait bien et qu’il était désormais parti pour durer, qu’il savait gérer son corps. Sa sortie à la pause, en même temps que Sneijder, a donc fait planer un grand brouillard.

   Le hic, c’est qu’il s’est vite dissipé. Cette équipe Oranje n’a du talent que modérément, mais elle en conserve encore un minimum. Or c’est son remplaçant, Memphis Depay, pas titulaire à Manch- ester United, qui a fait le job à sa place et plié l’affaire un peu mieux que ce qu’avait commencé à faire son glorieux aîné.

   Deux buts, dont un sur un coup franc magnifique, valident un tout petit succès. La hiérarchie est respectée. Pour l’instant, messieurs les Bataves, pour l’instant… 

 
 

 

LUXEMBOURG-PAYS-BAS 1 – 3 (1-1) 

Stade Josy-Barthel.
Pelouse désastreuse.
Arbitrage de M. Taylor (Angl.).
8 000 spectateurs.
Évolution du score : 0-1 Robben (36e), 1-1 Chanot sp (44e), 1-2 Depay (59e), 1-3 Depay (84e).
Cartons jaunes : Bensi (51e), au Luxembourg, Brenet (43e), Blind (60e) aux Pays-Bas.

LUXEMBOURG : Schon- Mahmutovic, Chanot, Malget, Jans (26e Jänisch) –
Mutsch, Philipps, Bohnert, Da Mota (75e Kerger) – Bensi (82e V. Thill), Turpel.

PAYS-BAS: Stekelenburg - Brenet, Bruma, Van Dijk, Blind – Ramselaar (88e De Roon),
Klaassen, Wijnaldum, Sneijder (46e Depay) – Robben (46e Berghuis), Dost.

 

Le Quotidien lundi 14 novembre 2016

 

 

Photos Mélanie Maps 

 
 lux-holl 2016 1113 1921MM Turpel Chanot 600x400  lux-holl 2016 1113 1922MMPhilips Ramselaar 600x400
Chanot - Turpel   Philips - Ramsselaar
 lux-holl 2016 1113 1948MM le 2e goal holl 600x400  lux-holl 2016 1113 1946MM team lux 600x400
le 2e goal   le team Luxembourg
 Holtz lux-suede 2016 1806MM 400x600  lux-holl 2016 1113 1953MM Mahmutovic Depay 600x400
l'entraîneur Holtz Mahmutovic - Depay
 lux-holl 2016 1113 1931MM Chanot Malget 600x400 lux-holl 2016 1113 1954MM Kerger Turpel 600x400 
 Chanot - Malget  Kerger - Turpel