Muller verléisst de Racing
Grettnich iwerhëllt
Centre de Formation de Football
Neien iwerdachten Trainingsterrain
Neuer Vorstand bei der FLF
Léo Hilger, neu im Vorstand
Jans meilleur défenseur de D1 belge
L'exploit du jeune pro luxembourgeois
Platini zieht Kandidatur zurück!
Keine Chance mehr zu gewinnen.

 

Notre site:
www.profootball.lu
Notre email:

Notre compte:
ING
lu06 0141 9374
4040 0000







 

Dernier changement:
1er février 2016
email:

Notice légale: Profootball © 


--- Pro Football feiert 2016 sein 10-jähriges Bestehen. ---

 

 

 mma entr thome differdange 400x400 web   

 

 

MARC THOME

 


 photo: Mélanie Maps
   
     
Carrière joueur   
1984/85 CS Oberkorn
1985/86 - 1988/89 Red Boys Differdingen
1989/90 -1991/92 Jeunesse Esch
1992/93 -1996/97 CS Grevenmacher
1997/98 -1998/99 F91 Düdelingen
division nationale: 331 matches / 70 buts / 10 rencontres équipe nationale
 Carrière entraîneur
1999/00 - 2006/07 Cs Oberkorn
2007/08 - 2009/10 US Rümelingen
2010/11 - 2013/14 CS Grevenmacher
2014/15: FC Déifferdéng 03 
Succès
Champion Promotion d'honneur 2007/2008
Coupe Luxembourg 2014/15
   

 

wort.lu
12. Mai 2016

BGL Ligue  FC Differding trennt sich von Thomé

 

(tom) Der FC Differdingen und Marc Thomé gehen ab der kommenden Saison getrennte Wege.
Der Vertrag des Trainers wird nicht über die aktuelle Spielzeit hinaus verlängert. Das gab der
Verein am frühen Mittwochabend in einem Communiqué bekannt.

Thomé hatte den FC Differdingen im Jahr 2014 von  Michel Leflochmoan  übernommen. Zuvor
trainierte er den CS Grevenmacher.

Differdingen belegt nach 24 Spieltagen Platz drei in der BGL Ligue, mit deutlichem Abstand auf
den Vierten Jeunesse Esch, und hat sich somit für den europäischen Wettbewerb qualifiziert.  

 18 07 2015
Le Quotidien
 Marc Thomé (FCD03) : « On s’est hissé au niveau professionnel »
 

Malgré sa courte défaite (1-0) au 2e tour aller d’Europa League, Differdange est revenu
vendredi de Trabzon avec la certitude d’avoir gagné le respect de la Turquie. Le coach
Marc Thomé a souffert, tout en haut des tribunes, mais il a apprécié le spectacle.

Le Quotidien : Comment avez-vous vécu ce match en tribunes?

Marc Thomé : C’était bizarre, j’avais tout le comité derrière moi. Je les entendais. J’étais beaucoup
plus nerveux que quand je suis sur le banc. À un moment, je me suis énervé : Gauthier (Caron) était
sorti du terrain parce qu’il saignait et personne ne s’échauffait. En fait, des joueurs étaient bien partis
s’échauffer et d’où j’étais, je ne les voyais pas. Être entraîneur et ne rien maîtriser, c’est atroce.

Deux délégués de l’UEFA étaient chargés de surveiller que vous ne communiquiez pas avec
votre banc. Leur présence était-elle gênante?

Les deux mecs jetaient tout le temps un œil pour voir si je me servais de mon téléphone, mais il était
hors de question que je le fasse. Ils étaient assez corrects, ils m’ont quand même laissé respirer! J’ai
tout de même gueulé en fin de match, quand je nous voyais tous dans nos seize mètres, je demandais
aux gars de sortir. Mais bon, c’était plus pour moi que pour eux que j’ai crié, car je savais qu’ils ne
m’entendaient pas. Il y avait bien trop de bruit. Quel bruit ils ont fait dans les tribunes!

C’était beau… ( il s’arrête ) C’est pour ça qu’on joue au foot, nous, les petits Luxembourgeois. Il y a
des pros de L1 ou L2 qui ne joueront jamais de matches d’Europa League. À la fin du match, je devais
attendre vingt minutes avant d’aller voir les joueurs dans le vestiaire. Quand je suis arrivé, ils étaient
abattus et j’ai aimé ça. Je suis assez nouveau dans ce groupe (NDLR : il est arrivé au début de la
saison dernière), mais il y avait un état d’esprit fabuleux. Si j’avais été là, avec Greven, je suis sûr
que ça aurait chanté dans les vestiaires. Là, c’est différent, il y a une vraie exigence.

Auriez-vous fait les mêmes changements que votre adjoint Denis Peiffer?

C’est Denis et Jean-Phi’ (Caillet) qui ont fait les changements. Ils ont fait du très bon boulot. On avait
tout programmé avant, qui sortir en fonction de tel score à telle minute, telle physionomie, qui sortir si
on prenait un rouge… Ils ont fait les bons changements au bon moment, c’était du bon coaching.

Vous vous êtes privé de Philippe Lebresne et Andy May, les deux purs récupérateurs de
l’équipe. Vous êtes-vous dit que c’était risqué?

Je suis un entraîneur qui écoute ses adjoints mais qui tranche. Ils me disent parfois que je n’en fais
qu’à ma tête, mais ce n’est pas tout à fait vrai. J’écoute beaucoup, mais à la fin, c’est moi qui décide.
Certains joueurs avaient demandé qu’on joue en 4-2-3-1. Moi, je savais ce que je faisais. Avec
Jänisch devant la défense et Ribeiro et Sinani au-dessus, je pouvais compter sur des joueurs qui
pouvaient garder le ballon. Philou et Andy ont d’autres qualités.

Vous vouliez perdre le ballon le moins vite possible pour éviter les vagues turques?

Pour ça, et aussi parce que je savais qu’on aurait plus de chances d’emmener nos contres au bout.
Quand tu joues contre des pros, il faut savoir faire trois passes de suite, sinon tu n’existes pas.
Avant le match, j’ai dit aux joueurs : « Vous pouvez faire des erreurs, mais s’il vous plaît, n’ayez
pas peur de demander le ballon. » En Coupe d’Europe, certains ont parfois tellement peur qu’ils
se cachent un peu. Chez nous, ce n’est pas le cas. Et pour revenir à mon envie de ne pas se
débarrasser du ballon, si on veut être champion, on va devoir apprendre à jouer autrement
qu’uniquement en contre.

L’entraînement de la veille du match au stade Hüseyin Avni Aker vous a marqué…

On a fait un vrai entraînement de rêve. Les gens rigolent quand je me plains de l’état des terrains,
mais là, c’était un billard et ça change tout. À la fin de la séance, dans ce stade magnifique, j’ai dit
ce que j’avais sur le cœur aux joueurs : que je n’ai jamais entraîné une équipe aussi forte. Et le
lendemain, on s’est hissé au niveau professionnel.

À quel point la qualification est possible?

Difficile à dire car ce qu’il faut surtout retenir, c’est qu’eux nous connaissent mieux. Je regrette
qu’on ne joue pas chez nous, mais bon, au Josy-Barthel, il y aura plus de monde. Trabzonspor
veut réellement être champion cette année, c’est une grosse équipe. S’ils marquent en premier,
ce sera terminé. Mais si c’est nous…

Recueilli par M. P.Europa league FC differdange FCD03 football Marc Thomé 2015-07-18

   
2014 05 26
LW 26 mai 2014
 
Marc Thomé nommé officiellement entraîneur au FC Déifferdéng03
L'ex-coach du CSG sera assisté de Pfeiffer et de Koch
 

(DH) - Après la fête qui a suivi la victoire en finale de la Coupe de Luxembourg face à
Dudelange (2-0), le FC Differdange 03 a communiqué, ce lundi après-midi le nom du
successeur de Michel le Flochmoan: il s'agit de Marc Thomé.

En fin d'après-midi de ce lundi, lors d'une conférence de presse, le club du président Bei
a officialisé l'arrivée de Marc Thomé qui a signé un contrat d'une saison avec un an en option.

Il sera assisté de Denis Pfeiffer, qui était son adjoint au CS Grevenmacher, et de Paul
Koch, l'ancien international ayant la charge de la préparation spécifique des derniers remparts.

Le préparateur physique sera Pascal Burger.

La reprise des Differdangeois est fixé au 11 juin et Marc Thomé a indiqué ne vouloir faire
que quelques retouches à l'effectif de la saison qui vient de s'écouler. Il a aussi promis de
ne pas aller piocher dans l'effectif du CS Grevenmacher pour renforcer sa nouvelle formation.