Muller verléisst de Racing
Grettnich iwerhëllt
Centre de Formation de Football
Neien iwerdachten Trainingsterrain
Neuer Vorstand bei der FLF
Léo Hilger, neu im Vorstand
Jans meilleur défenseur de D1 belge
L'exploit du jeune pro luxembourgeois
Platini zieht Kandidatur zurück!
Keine Chance mehr zu gewinnen.

 

Notre site:
www.profootball.lu
Notre email:

Notre compte:
ING
lu06 0141 9374
4040 0000







 

Dernier changement:
1er février 2016
email:

Notice légale: Profootball © 


--- Pro Football feiert 2016 sein 10-jähriges Bestehen. ---

 

 

 
uefa-logo-113x57web
 
 

L'UEFA introduit des tests médicaux obligatoires

     
  • Le Congrès de l'UEFA tenu du 28 au 30 novembre 2006 à Istanboul a décidé d'introduire à partir de la saison 2007/2008 dans le cadre de l'octroi de la licence UEFA pour les clubs de la première ligue, une série de tests médicaux pour tous les joueurs professionnels.
  • Cette mesure concernera donc aussi les joueurs du football rémunéré de la division nationale du Luxembourg. D'après une estimation du Dr Henri Mausen, président de la Commission médicale de la FLF, le coût par joueur pourrait se situer autour de 100 euros par joueur.
  • Le 9 février 2007, une délégation de la Commission médicale se réunira avec les délégués des clubs concernés pour organiser les tests médicaux exigés.
  • Pro Football, qui a dans ses objectifs de faire progresser la professionnalisation du football luxembourgeois, salue cette initiative qui constitue une avancée dans la prévention médicale des joueurs professionnels.
  • Mais la question de critères de plus en plus exigeants, sportifs, administratifs, infrastructurels et financiers dans le cadre de l'octroi d'une licence UEFA, soulève aussi la question du nombre de clubs capables d'assumer ces frais. Et forcément devrait-on arriver de plus en plus à la seule conclusion possible q'une restriction du nombre des clubs de la division nationale est absolument nécessaire, si on veut aspirer à une première ligue de plus en plus performante.
  • Notre division nationale devrait donc évoluer de plus en plus vers une ligue plus professionnelle. Ceci va de pair avec des budgets de plus en plus exigeants qu'un certain nombre de clubs de la division nationale auront difficile à atteindre.
  • Mais une ligue nationale première professionnelle, semi-professionnelle ou dite de football rémunéré, quel que soit le nom qu'on veuille lui donner, est à ce prix, si on veut garantir une meilleure assise nationale à notre équipe nationale. Il est plus que jamais vrai que l'avenir de notre équipe nationale ne peut passer que par un niveau de plus en plus performant du championnat de la division nationale, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.
 
Rédaction Pro Football
18 février 2007