Muller verléisst de Racing
Grettnich iwerhëllt
Centre de Formation de Football
Neien iwerdachten Trainingsterrain
Neuer Vorstand bei der FLF
Léo Hilger gewählt
Jans meilleur défenseur de D1 belge
L'exploit du jeune pro luxembourgeois
Platini zieht Kandidatur zurück!
Keine Chance mehr zu gewinnen.

 

Notre site:
www.profootball.lu
Notre email:

Notre compte:
ING
lu06 0141 9374
4040 0000







 

Dernier changement:
1er février 2016
email:

Notice légale: Profootball © 


  

 

   
 Olivier Thill 180x180 Lux-Bulgarie P1040761



OLIVIER THILL

   

 

Luxemburger Wort 13.09.2018

Didier HIEGEL

Mission accomplie.

 


   Olivier Thill et la sélection nationale ont fait le plein lors des deux premiers matches de la Ligue des Nations. Le jeune milieu de terrain a rallié Oufa et va maintenant se plonger avec ambition dans le championnat russe.

Olivier Thill n'a pas eu le temps de savourer son retour au Luxembourg. Une fois le pied posé au Findel, le jeune homme de 21 ans n'a eu qu'une petite demi-heure pour revoir sa copine, qui s'est occupée de l'intendance et lui a ramené sa valise, et prendre un vol pour Francfort avant de sauter dans un avion pour la Russie. «Elle était contente que je revienne et je pensais avoir au moins une demi-journée pour voir la famille, mais je ne pouvais pas changer. C'est comme ça...»

Le nouveau milieu de terrain du FC Oufa va devoir s'habituer à sauter d'un avion à l'autre. Il a déjà eu un avant-goût de ce qui l'attend avec le club de la République de Bachkirie. Le deuxième des quatre fils de la famille Thill a passé sa visite médicale toute la journée du mercredi 29 août, il a assisté au match contre les Glasgow Rangers (1-1) le lendemain pour regagner le Luxembourg le vendredi via une escale à Paris où son paternel l'attendait.

«Je suis passé voir Niederkorn et le stage de la sélection a commencé le samedi.» «Oli» n'a pas vraiment eu le temps de s'ennuyer. Il avait auparavant pris ses premiers contacts avec ses partenaires de club. «Le jeudi matin, je me suis entraîné avec les joueurs qui n'étaient pas repris pour le match contre les Rangers.»

Une première et rapide prise de contact qui ne lui a pas encore permis de se faire une idée de ce qui l'attend pour les quatre prochaines années comme le stipule le contrat qu'il a signé avec le club de la cité située à 1.500 kilomètres à l'est de Moscou.  «Les installations sont très bonnes», ajoute-t-il,  «le stade est beau, mais, au niveau de la ville, je n'ai pas vu grand-chose».

De son passage éclair, il a quand même eu le temps de se rendre compte de la réalité de la barrière de la langue. «Il n'y a pas grand monde au niveau des joueurs et du staff qui parle l'anglais, l'entraîneur, d'ailleurs, ne parle que le russe. La première chose que je vais faire en arrivant est de demander à prendre des cours pour apprendre le russe.» Heureusement pour le désormais ex-Niederkornois, son adaptation devrait être facilitée par des interprètes. «Il y en a un qui parle anglais et qui s'occupe particulièrement des joueurs lors de l'échauffement.»

«En pleine confiance»

Mais les difficultés de la langue russe ou l'alphabet cyrillique n'ont pas l'air de l'inquiéter outre mesure. Pas plus que la découverte d'une nouvelle culture, et d'une méthodologie de travail qui pourrait être inédite. Après un début de saison tonitruant qui lui a permis de décrocher son premier contrat pro, il a poursuivi sur le même tempo en équipe nationale avec à la clé, notamment, un but et une passe décisive contre la Moldavie et une action à l'origine de l'ouverture du score de Maxime Chanot à Saint-Marin.

«Je peux être fier de moi en ce moment, mais il faut continuer, ne pas se dire que ça va venir tout seul. C'est ce que je veux faire en Russie aussi, me donner à fond avec l'espoir de jouer. En entamant ma première saison en tant que professionnel, je vais encore beaucoup progresser. J'ai hâte de commencer.»

«Je sais que j'ai progressé ces derniers temps, mais je ne sais pas vraiment l'expliquer. Je me sens beaucoup mieux sur le terrain, je ne me pose pas de question. Je suis en pleine confiance, mais je sais aussi qu'il va y avoir de moins bons moments. Il faut que je profite de ce que je vis actuellement.»

Les performances du club ne sont pas top actuellement, c'est peut-être ma chance

Le FC Oufa est actuellement quatorzième (sur 16) de la Premier League russe avec quatre points en six matches. Une situation délicate pour le club aux portes de l'Oural qui vise une nouvelle participation européenne et qui va se coltiner prochainement deux sérieux clients: le CSKA Moscou, samedi à domicile, avant un déplacement à Rostov, l'actuel troisième du classement, le samedi suivant.

«Les performances du club ne sont pas top actuellement, c'est peut-être ma chance si je peux jouer un peu. Ensuite, ce sera à moi de montrer que je suis capable de jouer. Malgré la fatigue des matches et des voyages, je me sens capable de jouer tout de suite et me donner à fond.»

«Oli» ne craint pas de se jeter dans le grand bain, pas plus que les déplacements à répétition ou le climat continental humide qui règne à Oufa. «Chacun gère la fatigue différemment. J'ai toujours ma back roll (rouleau de massage) avec moi, il y a aussi des bains froids donc ça devrait aller. Les conditions d'entraînement sont adaptées avec un synthé et une pelouse chauffée. La pause arrive début décembre, avec un mois à peu près libre, et nous recommençons en janvier par un stage dans un pays où il fait plus chaud, Turquie, Chypre ou Espagne, ça devrait aller.»

Auparavant, il aura retrouvé les Roud Léiwen pour la suite de la Ligue des Nations. Avec toujours la même envie et l'ambition d'aller au bout de l'aventure.

 

   
logo-profootball ballon 140x100web   
Wort.lu
4 janvier 2018

Touché à l'aine, Olivier Thill a profité de le trêve pour se faire opérer.

 

(tof). Le milieu de terrain du Progrès et de l'équipe nationale, Olivier Thill, a été opéré ce jeudi à Strasbourg d'un problème inguinal. Déjà de retour en soirée au Luxembourg, il devra observer trois semaines de repos.

Olivier Thill devrait donc manquer la reprise du championnat mi-février. Le frère de Sébastien et de Vincent a connu une première partie de saison chargée. Avec son club, il a disputé les quatre matches de Coupe d'Europe avant d'enchaîner avec treize présences sur treize lors des matches de premier tour en BGL Ligue.

L'année 2017 a aussi été celle de son éclosion en sélection où il est devenu l'un des pions essentiels sur l'échiquier de Luc Holtz.