logo-profootball-web180x57

A PROPOS

 
 
camilledimmer2-2006web

QUID ECOLES DE FOOTBALL

DANS LES CLUBS ?

 
 

 

La proposition de Pro Football pour créer une Ligue semi-professionnelle de football a soulevé beaucoup de discussions, principalement la question de la réduction à deux fois huit clubs de la Fortis Ligue. Pas moyen, à ce qu'il paraît, de convaincre les dirigeants de la FLF et les présidents des clubs de la Fortis Ligue à changer leurs convictions et leurs idées incrustées du passé. Soit ainsi pour le moment.

Cependant dans ce document, qui reste le seul document de fonds écrit et publié au niveau du football luxembourgeois ces dernières années pour valoriser la Première ligue et par là le football luxembourgeois et l'équipe nationale luxembourgeoise, il existe d'autres points et suggestions d'une aussi grande importance.

Parlons dans cette prise de position de nos écoles de football dans les clubs.

Dans sa proposition Pro Football avait écrit ceci :

« Un statut pour les Centres de formation

La formation des jeunes est une mission primordiale du football. Ainsi nous sommes d'avis qu'il est vital et nécessaire de formaliser et de donner un statut à cette formation. Nous proposons que les huit clubs de la Première Ligue Nationale disposent chacun d'un Centre de formation à l'image de ceux existant en France et en Allemagne, mais adaptés aux besoins du Luxembourg. Les contraintes pour les Centres de formation pour les huit clubs de la Deuxième Ligue Nationale seraient allégées.

Le Centre national de formation de Mondercange pour les cadres nationaux démontre et confirme la nécessité d'aller dans cette voie.

Nous voulons rappeler ici ce que nous avons dit au début du document que l'avenir de l'équipe nationale repose d'un côté sur les efforts de l'entraîneur national et de son équipe, tant pour les joueurs seniors que pour les jeunes, et de l'autre côté, sur le travail et la formation réalisés dans les clubs.

Pro Football propose donc que la FLF mette en place le statut, le cadre et les bases nécessaires pour créer dans chaque club de la Première Ligue Nationale un Centre de formation pour jeunes, homologué et subventionné par l'Etat et les Communes, et une forme allégée de centre de formation pour les clubs de la Deuxième Ligue Nationale. »

Pro Football s'attendait à ce que tant les clubs de la Fortis Ligue que la FLF accueilleraient positivement une telle proposition, qui est appliquée et opérationnelle dans les fédérations étrangères de football, en discussion actuellement entre les fédérations des sports collectifs luxembourgeois et un souci majeur du Département ministériel du sport et de son ministre. La réponse de la FLF fût plus que décourageante.

Dans la lettre de réponse à Pro Football du 24 janvier 2008 la FLF écrit ceci:

« Justement pour ce qui est de l'argent, entretenir de telles équipes et de telles infrastructures coûte énormément d'argent. Quand on connaît les difficultés actuelles qu'ont tous nos clubs pour joindre les deux bouts tant au niveau financier que logistique (humaine et matérielle), où seraient les sponsors potentiels prêts à investir dans un tel projet?

Cette même remarque s'impose pour les centres de formation de jeunes dans ces clubs semi-professionnels que vous entendez faire créer.

Les efforts de la FLF seront basés sur le développement de son centre de formation national dont la nécessité vitale n'est plus à prouver ».

La philosophie des dirigeants de la FLF est plus que claire et inacceptable, parce qu'elle ne vise ni plus ni moins que d'affaiblir, voir ne pas soutenir les efforts des clubs dans leurs centres de formation et investir tout dans le Centre de formation de Mondercange.

Quant aux arguments d'argent invoqués, une FLF est richissime comparée à beaucoup de clubs, et il n'est pas du tout sûr que le travail et les résultats de son Centre de formation sont en rapport avec les fonds investis.

Dans ce contexte nous citons volontiers l'entraîneur Le Flochmoan du F91 Diddeléng qui n'est certainement pas un premier venu dans le domaine de la formation :

« C'est aux clubs de la Fortis Ligue de mettre sur pied des écoles de football club comme c'est le cas en France, en Belgique et en Allemagne. Et c'est à la FLF de mettre sur pied un championnat des jeunes digne de ce nom. Je crois que, si nous avons une Ligue avec huit clubs, les catégories des jeunes devraient jouer dans un même championnat que l'équipe première.

Les joueurs qui passent toute une année de formation au Centre de football de Mondercange sont déracinés de leur club. Cette situation s'aggraverait si en plus ils devaient jouer tout un championnat dans une équipe de la FLF.

L'avantage d'avoir des écoles de football club est la diversité dans la formation et les multiples initiatives privées au niveau des clubs pour progresser. Avec seulement une formation des jeunes à Mondercange pour nos équipes nationales, on risque d'avoir une monotonie avec des joueurs formés dans le même moule.

La FLF devrait établir un cahier de charge pour ces écoles de football au niveau clubs comme c'est le cas à l'étranger.

Le Centre de formation national à Mondercange a comme vocation de finaliser des sélections nationales à tous les niveaux. Aux clubs de faire la formation de base. Plus le niveau de jeu est-il élevé dans les équipes de jeunes, plus le niveau des joueurs sera-t-il élevé.

Par exemple Mondercange pourrait organiser plus de stages et des séances d'entraînement ciblées pour faire progresser certains jeunes. Par ailleurs, le CFN de Mondercange devrait disposer d'un internat pour faire sur place des stages prolongés. »

Ce qui nous a surpris récemment, ce sont les déclarations de l'entraîneur Guy Hellers dans le Luxemburger Wort du 1er février 2008 après les test subis par les joueurs du cadre national: "Der Leistungstest ist frappant bei jenen Spielern, die die Fußballschule verlassen haben. "

Ceci signifie que le travail physique et conditionnel dans les clubs de la Fortis Ligue semble insuffisant. Guy Hellers demande donc d'améliorer cette situation, ce que nous approuvons.

Ceci exige cependant que la FLF définisse un statut pour les écoles de football dans les clubs de la Fortis Ligue, établisse un cahier de charge avec des normes et des standards à respecter, que les entraîneurs aient la qualification nécessaire et que l'environnement des clubs soit adapté dans les domaines des entraînements, du contrôle médical etc.

Aujourd'hui, rien n'existe dans ce domaine au niveau de la FLF.

Il est également intéressant d'écouter les paroles du Président de la FLF qui a repoussé notre proposition pour les écoles de football dans les clubs, avec le motif que ce serait trop cher !!

Lors d'une interview le 22 février 2008 sur la radio de RTL à propos du rôle dominant du F91 dans le championnat, le Président a dit : "Den F91 Diddeléng as nët vun ongeféier op däer éischter Plaaz. Zënter zwee Joer gët do gudd am Jugendberäich geschafft, an den F91 huet esouguer eng eegen Futtballschoul opgemaat."

Ainsi, officiellement la FLF est contre la création d'écoles de football dans les clubs. Mais on ne s'oppose pas à ce que les clubs développent des initiatives personnelles, s'ils ont l'envie et l'argent!

La question vitale est celle du financement de ces écoles de football. Il est inacceptable de laisser les clubs à l'abandon et de mettre toutes les charges sur leurs épaules. La FLF a l'obligation et la mission de soutenir les clubs efficacement dans le domaine de la formation des jeunes.

Ainsi il existe des différences flagrantes dans la manière comment les communes honorent de travail social très important des clubs dans la formation des jeunes.

La Commune de Luxembourg soutient, par exemple, la formation des jeunes avec un subside de 2.000 euros par équipe de jeunes dans le championnat. A la Commune de Dudelange, l'apport dans ce domaine est nul.

Et même la FLF ne donne aucune aide au F91 dans le domaine des jeunes avec la motivation que la Champion's Ligue rapporte assez au club.

En résumé : le dossier des écoles de football est au point zéro auprès de la FLF. Pas de concept, pas d'orientation, pas de directives, pas de structures, pas de cahier de charge et presque pas de sous pour la formation des jeunes dans les clubs.

Le Centre de formation à Mondercange suffit à la FLF. D'après les dirigeants de la FLF, ce qui se trame dans les clubs. C'est leur affaire. On a même de plus en plus l'impression que certains dirigeants et entraîneurs au niveau national considèrent la création d'écoles de football dans les clubs comme une concurrence à leur travail, comme une concurrence au Centre de formation de Mondercange. Ce serait un comble !

Pro Football exige que la formation des jeunes dans les clubs se fasse en premier lieu dans des écoles de football agréés et disposant d'un cahier de charge établi par la FLF.

Et Pro Football exige que le financement de ces centres de formation pour jeunes soit financé conjointement par les clubs, par la FLF, par les communes et par l'Etat, comme c'est le cas pour les Ecoles de musique.

Et si nécessaire, c'est au Ministre des sports Jeannot Krecké qu'il appartient de présenter une proposition de loi allant dans de sens de l'appui du bénévolat pour former les jeunes footballeurs.

Nos jeunes sportifs et nos jeunes footballeurs au Luxembourg ont besoin d'assistance et de soutien. C'est un travail en grande partie bénévole, avec un objectif éducatif et social de premier ordre pour notre société, pour notre jeunesse.

Dans la Manuel national de licence UEFA nous lisons dans le chapitre des critères sportifs :

« Les objectifs des critères sont clairs. La qualité du football est un critère essentiel en première division (=Fortis Ligue). Par conséquent les meilleurs clubs en termes sportifs doivent évoluer dans la première division de leur championnat national.

Les objectifs suivants doivent être visés :

- les clubs de la Fortis Ligue et donc tous ceux qui peuvent se qualifier pour les compétitions interclubs de l'UEFA devraient investir dans les programmes de formation des jeunes,

- des entraîneurs formés et qualifiés devraient prendre en charge les équipes juniors pour améliorer la qualité de leur formation footballistique. »

Dans l'introduction à ce chapitre il est écrit : « La FLF entend renforcer la formation des jeunes. »

Qu'est-ce que la FLF attend pour réaliser un objectif qu'elle s'est elle-même imposé ?

 

 

 

 

 
   
Camille Dimmer

Pro Football 10 mars 2008